Planification de l'éclairage des plantes

L'éclairage des plantes peut être complexe mais ne doit pas l'être. Grâce à ce guide, vous apprendrez, étape par étape, comment aborder la planification.
Partager cet article

Toute personne souhaitant cultiver, faire pousser ou hiverner des plantes à l'intérieur a généralement besoin d'un éclairage pour compenser le manque de lumière naturelle. Certaines variétés bénéficient également d'un certain spectre lumineux qui n'existe pas dans la nature.

Pour obtenir un résultat optimal, l'éclairage des plantes doit d'abord être planifié avec soin. Nous montrons étape par étape ce qui est important.

Étape 1 : Se concentrer sur la plante

Il est en fait logique que nous réfléchissions d'abord à ce que nous voulons cultiver. Par exemple, il existe des différences significatives dans les exigences d'éclairage entre Microgreens et le cannabis médical. Les premiers se développent très bien même en cas de faible luminosité, après tout, la récolte se fait dans les premiers stades de la végétation. Cette dernière, en revanche, est l'une des plantes les plus exigeantes en matière d'éclairage.

En outre, il faut être conscient des caractéristiques individuelles de la plante. La forme et la hauteur de la croissance doivent être prises en compte lors de la planification de l'éclairage. La plante va-t-elle pousser jusqu'à la hauteur de la pièce ? Ou cultivés en plusieurs couches (voir agriculture verticale) ? Cela aura une incidence sur la hauteur et la disposition éventuelles des modules d'éclairage.

Dans le cas d'une canopée dense, il peut être utile d'éclairer également par le côté ou entre les plantes ("interlighting").

Étape 2 : Intensité

Comme déjà indiqué : pour différentes variétés de plantes - différents cultivars - il existe différentes recommandations pour l'intensité optimale. L'intensité de l'éclairage des plantes est mesurée en PPFD. Il s'agit d'une valeur mesurée qui décrit la quantité de rayonnement photosynthétiquement actif qui frappe une surface. Les spécifications du fabricant pour la PPFD sont faciles à ignorer et ne sont souvent pas adaptées au scénario d'application individuel. En effet, les différents revêtements muraux, angles et hauteurs peuvent entraîner des valeurs très différentes de celles indiquées dans les fiches techniques des fabricants. Toutefois, ils peuvent généralement fournir une orientation approximative.

PPFD et photosynthèse
Le taux de photosynthèse est un indicateur important du potentiel de croissance des plantes

Il serait préférable de mesurer la densité du flux de photons photosynthétiques lui-même à l'aide d'un capteur. C'est là que beaucoup de choses peuvent être optimisées en termes d'efficacité énergétique et de rendement. Par exemple, à des intensités plus élevées, il sera nécessaire d'ajouter du CO2 afin d'augmenter encore le taux de photosynthèse. Sinon, l'apport énergétique supplémentaire est hors de toute proportion avec les rendements supplémentaires de l'intensité plus élevée. À des niveaux de CO2 normaux, une PPFD allant jusqu'à 800 µmol/s²m² en phase de génération est recommandée, selon le cultivar. On peut aussi aller jusqu'à 1000 µmol/s²m², mais les avantages attendus sont marginaux par rapport à l'augmentation des coûts de l'électricité.

Étape 3 : Zone

Dans ce contexte, la question se pose naturellement de savoir quelle sera la taille de la zone éclairée. En combinaison avec les exigences préalablement déterminées du cultivar en termes d'intensité lumineuse, nous pouvons estimer le nombre de modules ou de lampes LED dont nous aurons besoin pour le projet. Pour notre module LED de bricolage FLUXengine, vous pouvez facilement trouver l'éclairage nécessaire avec cet outil calculer.

Étape 4 : Spectre

Lumière blanche : température de couleur

Avec les sources de lumière blanche, la température de couleur seule donne généralement une indication de ce à quoi ressemble le spectre. Ici, le blanc froid (4000 K ou plus) signifie que la composante bleue est plus élevée. Cette lumière est particulièrement adaptée à la phase de culture et de croissance des plantes. Elle empêche les plantes de trop pousser (cornée) et assure une croissance compacte et saine.

Planifier l'éclairage des plantes 1
3500K Spektrum - le polyvalent entre le blanc chaud et le blanc froid

Le blanc chaud (3000 K et moins) est surtout utilisé pour l'éclairage des fleurs. La teneur plus élevée en lumière rouge équivaut à un plus grand nombre de photons et donne également à la plante le signal de développer des fleurs et des fruits. Toutefois, cela peut entraîner une accélération de la croissance en haute altitude.

Le blanc neutre (3500 K) peut être utilisé aussi bien pour la croissance que pour la floraison. Il s'agit d'un outil polyvalent et équilibré.

Longueurs d'ondes spéciales

Planifier l'éclairage des plantes 2

Certains producteurs utilisent des longueurs d'onde spéciales pour contrôler la photomorphogenèse, les métabolites et les principes actifs des plantes. Il s'agit du proche UV (350-400 nm), du bleu (~ 450 nm), du rouge (~660 nm) et du proche infrarouge (700-750 nm). Pour en savoir plus sur les effets des longueurs d'onde spéciales, voir cet article.

Étape 5 : Type de chambre

Beaucoup dépend de ce point également. Quels types de locaux sont disponibles ? Fondamentalement, vous pouvez faire pousser des plantes d'intérieur dans tous les environnements possibles. Mais les exigences en matière d'éclairage sont différentes. Avec de grandes surfaces murales, les lampes doivent être aussi proches que possible des plantes. Dans les grandes pièces, les pertes par réflexion sur les bords sont à peine perceptibles et les lampes peuvent être montées directement sous le plafond. S'il y a des surfaces qui ne doivent pas être éclairées, il faut acheter des optiques (lentilles, réflecteurs) pour diriger la lumière. C'est le cas dans les salles de séjour, par exemple, ou si les couloirs entre les rangées de plantes ne doivent pas être éclairés.

Une salle

Planifier l'éclairage des plantes 3

Rapport entre la surface des murs et celle du sol : très faible, donc meilleure position de la lampe : directement sous le plafond, optique non nécessaire. Les couloirs entre les rangées de plantes doivent être aussi étroits que possible, sinon il est conseillé d'utiliser des optiques. Il y a généralement un intérêt commercial pour l'éclairage des plantes dans les halls. Le jardinier d'intérieur ou l'agriculteur vertical s'efforcera d'optimiser les coûts par tous les moyens. Les LED sont donc plus susceptibles de recevoir un courant plus élevé afin d'économiser les coûts d'investissement.

Une salle de culture spéciale

Planifier l'éclairage des plantes 4

En gros, c'est la même chose que la salle, mais en plus petit format. Dans ce cas, il peut être conseillé de construire des lampes réglables en hauteur, car la surface du mur est proportionnellement plus grande. Cela permet d'éviter les pertes de réflexion inutiles sur les murs.

Un espace de vie

Planifier l'éclairage des plantes 5

Les exigences sont ici complètement différentes. Quiconque éclaire ouvertement les plantes dans les espaces de vie préférera un spectre lumineux qui soit également agréable à l'œil. La lumière blanche des plantes est bien adaptée pour cela - comme pour les FLUXengines. En outre, il sera conseillé d'utiliser des optiques pour concentrer la lumière très brillante là où elle est nécessaire. Pour les plantes qui poussent en hauteur, vous devez également prévoir une suspension réglable en hauteur.

Une tente ou une armoire

Dans ces "mini-serres", la surface des murs est très élevée par rapport à la surface de base. Par conséquent, vous devez absolument prévoir un éclairage réglable en hauteur. Il est également important de veiller à ce que la surface du mur soit aussi réfléchissante que possible. Nous n'utilisons pas d'optique car la lumière de nos FLUXengine est bien répartie sur toute la surface de la base.

Encore plus petit: PC-Growbox and Co.

Planifier l'éclairage des plantes 6

Comme dans tous les domaines de la vie, les jardiniers amateurs sont eux aussi des adeptes de la miniaturisation. Par exemple, les boîtiers d'ordinateurs désaffectés peuvent être utilisés pour la micro-culture. Pour que les bricoleurs expérimentés s'amusent avec leur projet, les LED doivent être maintenues à un niveau aussi bas que possible. En effet, l'espace est limité et les plantes seront très proches des sources de lumière. Bien sûr, nous voulons nous passer de dissipateurs thermiques, de suspensions et d'optiques afin de gagner le plus d'espace possible.

Étape 6 : Budget

L'argent entre en jeu à la fin. Et l'artisanat et le désir de construire sa propre maison. Ceux qui ont beaucoup de la première et moins de la seconde peuvent et doivent se rabattre sur les produits Plug & Play. Mais de nombreux jardiniers considèrent comme un défi le fait de planifier et de mettre en œuvre eux-mêmes l'éclairage des plantes. Avec cet article, vous avez déjà une bonne vue d'ensemble des problèmes et de la façon de planifier à l'avance. Nous avons déjà écrit sur le différents modèles des rapports qui conviennent à l'éclairage des plantes par des LED de bricolage.

Notre offre

Si vous voulez faciliter la planification, jetez un coup d'œil nos kits de bricolage sur. Nous avons pensé à tout et vous pouvez commencer dès maintenant. Si vous faites partie de ceux qui préfèrent acheter une lampe finie, nous pouvons vous fournir des versions prémontées sur demande. À l'avenir, Crescience proposera également des éclairages plug & play pour les plantes.

Partager cet article

Nous sommes Crescience

L'automatisation et l'éclairage LED des plantes sont notre passion.

Ensemble, nous construisons une communauté forte autour des technologies les plus intéressantes pour la culture des plantes en système fermé. Participez, c'est gratuit !

Table des matières

Autres nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.